Vers un écrire-film, #01 – Renversement Koltès

 

PROPOSITION

Nouveau cycle d’atelier, entre écriture et film. Ici un simple exercice de transcription.

Au-delà d’écrire un scénario de film, Bernard-Marie Koltès a réalisé le film qu’il avait en tête sous la forme d’un livre, Nickel Stuff (Éditions de Minuit). Un mouvement de l’écrit vers le film que nous voyons à sa lecture.

Le renversement Koltès de la proposition consiste donc à effectuer le processus inverse : partir d’un film, quel qu’il soit (cinéma, vacances en famille, caméra de surveillance, vidéo virale…), se concentrer sur un extrait de trente secondes à deux minutes et le transcrire à l’écrit, de la façon la plus exhaustive possible ou en s’appuyant sur la perception qu’on en a eu, les éléments qui nous ont marqué, la recomposition qu’ en font nos souvenirs.

La proposition dans sa version intégrale sur le site de François Bon et les autres contributions de cet atelier

 

 

Plan serré. Deux types assis face caméra, devant un mur blanc. Pisseux. Lumière blanche. Plate, écrasante. Bruits de fonds. Voix inintelligibles dans une résonance de couloir.
Au milieu, brun dégarni, la quarantaine, t-shirt blanc — pisseux — avec un col en V, le col rond vert kaki d’un autre t-shirt dessous, air fatigué — soucieux ? —, le type secoue la tête comme pour rejeter une pensée, sort un chewing-gum de son emballage.
« All right… » Souffle des naseaux pour évacuer quelque chose.
À droite un second gars, baraqué. Plus grand, plus large, brun, cheveux sur les épaules, sans âge, regard vide, lointain… Une large blouse du même blanc pisseux, pas trop large pour lui. Poignets posés sur un pantalon assorti. Gorge et bras nus.
Tous deux portent d’épais bracelets de cuir.
À gauche, l’emplacement vide, banc en bois à accoudoirs, ajouré par des barreaux doublés de leur ombre sur le mur.

Bref coup d’oeil du type du milieu à la montagne amérindienne. Coup de coude nerveux. Regards croisés. Il lui avance le chewing-gum, un en forme de languette, dans un emballage alu entouré de papier jaune… Gestes entravés. « Chewing-gum ? »
Gros plan sur les mains. L’autre prend le chewing-gum entre deux doigts. Plan serré remontant sur son visage. Timbre grave. « Thank you. »
Plan poitrine sur les deux gars. Le colosse, les yeux sur ses mains qui tiennent le chewing-gum tandis que le petit tressaille un instant, mouvement oculaire vif vers le vide en face, puis vers son voisin, ses yeux, sa bouche qui mâchonne le chewing-gum, enfin de nouveau devant lui, vers sa droite. Froncement de sourcils… Soupir de plaisir de l’Indien, oeil qui s’évade, prend de la hauteur.

Nouveau coup de coude. Nouveau chewing-gum. Le géant le prend. Le contemple longuement — nostalgie ?
« Ah ! Juicy Fruit… »
Regard fixe de McMurphy sur son visage. Sourire entendu. Complice. Puis dans un chuchotement frondeur : « Whoh ! You sly son of a bitch, Chief ! »
Sursaut — retenu — surprise ? amusement ? joie ? « Hey ! »
Silence.
« You hear me too ? »
Sourire amusé du compère…

 

 

Papotage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *