Vers un écrire-film, #03 – Comment j’ai fait

PROPOSITION

« Le but, ou la cible, résolument : comment se forme et se solidifie une intuition, comment l’intuition ne donne pas de suite les pistes du travail, et puis qu’à un moment donné cela bascule, et on n’est plus absorbé que par la fabrication, le temps matériel du « faire », le verbe étant ici l’élément central ». En se concentrant sur deux textes de Marguerite Duras, qui a parfois fait de la question même du faire l’objet central d’un projet, « Le bloc noir », dans Vie matérielle, et « Comment j’ai fait. » issu des Notes pour rien, partons explorer ce faire, ce pré-faire.

suite

Récits de la plante des pieds – Intro

La plante du pied, c’est deux fois plus grand que la paume de la main, mais on ne pose qu’un seul pied à la fois pour avancer, l’autre rêveur, hésite encore sur l’endroit où aller, la direction à prendre.
La paume de la main est un don. Mais je ne prétends pas donner. Juste avancer… Pas à pas. Qui veut cheminer avec moi est bienvenu.

suite

Vers un écrire-film, #02 – J’ai trois souvenirs de films…

PROPOSITION

Dans W ou le souvenir d’enfance (L’imaginaire Gallimard), Georges Perec évoque, notamment, ses souvenirs de lectures sous la formule « J’ai trois souvenirs d’école ». Ou les dérives de la mémoire, ses associations, ses recompositions…

Partons à notre tour vers ce voyage à contre courant : « J’ai trois souvenirs de films ».

suite

Vers un écrire-film, #01 – Renversement Koltès

PROPOSITION

Nouveau cycle d’atelier, entre écriture et film. Ici un simple exercice de transcription.

Au-delà d’écrire un scénario de film, Bernard-Marie Koltès a réalisé le film qu’il avait en tête sous la forme d’un livre, Nickel Stuff (Éditions de Minuit). Un mouvement de l’écrit vers le film que nous voyons à sa lecture. Le renversement Koltès de la proposition consiste donc à effectuer le processus inverse.

suite